Comment éliminer le stabilisant dans la piscine ?

Votre piscine se trouble ou devient verte : vous rajoutez du chlore choc mais rien ne change ? Pire : votre taux de chlore ne bouge pas ? Vous avez de fortes chances d’avoir un fort taux de stabilisant dans la piscine, voir même une saturation. Bonne nouvelle : vous n’êtes pas tout seul : on estime que 8 piscines sur 10 traitées au chlore sont concernées par ce problème. Mauvaise nouvelle : il n’y a pas de solution miracle ! Voici 5 questions et réponses pour lutter contre le stabilisant !

Qu’est-ce que le stabilisant ?

Le stabilisant piscine est de l’acide cyanurique. Les industriels l’ajoutent au chlore afin de faire perdurer son action dans l’eau. En effet, le stabilisant permet de limiter l’évaporation du chlore sous l’effet des U.V. Autrement dit : un chlore stabilisé agit plus longtemps qu’un chlore non-stabilisé. Vous l’avez également remarqué : on ne parle ici que de chlore et pour cause : le traitement par électrolyse ou au brome ne craignent pas l’action des UV. Par conséquent l’ajout de stabilisant n’est pas nécessaire.
Le stabilisant est présent dans la plupart des chlores, sauf quand il est mentionné « non stabilisé » sur l’emballage. On le retrouve en forte concentration dans les chlores multifonctions, les chlores lents et les chlores chocs. A titre d’information, on estime qu’un galet de chlore de 250 grammes contient… 125 grammes d’acide cyanurique !

Quel est le problème avec le stabilisant dans une piscine ?

Nous venons de le voir : le stabilisant permet de donner plus de longévité à l’action du chlore. Mais si le chlore finit par s’évaporer naturellement, le stabilisant va, lui, rester tranquillement dans votre piscine. Et il va s’y installer durablement… et peut-être indéfiniment ! En effet, le stabilisant ne disparait pas de l’eau, et aucun produit ou impact naturel n’annule son effet. Quand le stabilisant est dans votre piscine, il y reste… et il s’y accumule en fonction de vos traitements.

Quel est le risque d’une piscine avec du stabilisant ?

Tout dépend de la teneur de stabilisant dans votre piscine. On estime qu’un taux acceptable de stabilisant se situe entre 25 et 50 ppm (ou mg/l). Au-delà, votre piscine est saturée. Les risques sont les suivants :
  • Sur la santé des utilisateurs : A ce jour, aucune information ou étude ne permet d’indiquer qu’une eau sur-stabilisée est dangereuse… ou ne l’est pas ! Prudence donc !
  • Sur la qualité de l’eau : là c’est une autre histoire ! L’accumulation de stabilisant en forte dose dans l’eau va entrainer une neutralisation du chlore. C’est paradoxal : plus vous rajoutez de chlore avec du stabilisant, plus le stabilisant s’accumule, moins l’action du chlore devient efficace… jusqu’à ne plus agir du tout ! L’action désinfectante du chlore se bloque. Dès lors, la piscine se trouble, des bactéries commencent à s’y développer et l’eau devient peu à peu verte. Dans ce cas là, comme tout bon propriétaire de piscine : qui dit eau verte, dit chloration choc : vous rajoutez donc du chlore choc stabilisé dans l’eau… erreur : le problème empire !
  • Et vos analyses ? C’est à s’en arracher les cheveux ! Si vous regardez votre application Flipr (ou si vous êtes encore aux bandelettes) : le pH apparait bon (si ce n’est pas le cas, réhaussez-le vite), alcalinité parfaite… mais chlore bas, voir complètement nul. La tentation est donc de rajouter du Chlore. N’en faites rien: le stabilisant empêche toute lecture du chlore.
Pour être tout à fait complet sur l’impact du stabilisant – et surtout pour briller devant vos amis lors du prochain barbecue – sachez que 5 chercheurs Japonais ont mis en évidence l’impact négatif du stabilisant sur l’effet du chlore. Leurs études(1) ont montré qu’une eau traitée avec un chlore non stabilisé détruit 99% des bactéries en moins de 30 secondes. Avec une eau traitée au chlore stabilisé et présentant un taux de stabilisant de 80ppm (donc une eau sur-stabilisée), l’action de désinfection prend plus de 4 minutes… et est incomplète.

Que faire avec une piscine présentant une forte dose de stabilisant ?

Vous espérez sûrement que l’on va vous indiquer un produit miracle, une action à faire, et que tout va rentrer dans l’ordre. Nous allons vous décevoir : il n’y a pas d’alternative au stabilisant ! Donc face à une forte dose de stabilisant, une seule solution : la vidange.
Attention : tous les bassins ne sont pas compatibles avec des vidanges totales. Nous vous recommandons de procéder à une vidange partielle (et de lire nos conseils sur les vidanges de piscine !), soit 1/3 de l’eau. De manière générale, gardez à l’esprit qu’une vidange partielle d’1/3 du volume d’eau est recommandée chaque année, en début de saison, pour les piscines au chlore afin d’éviter les surdoses de stabilisant.
Pour la vidange, dans la mesure du possible, stoppez la filtration 6h avant, de manière à ce que le stabilisant cesse de circuler dans l’eau et s’accumule au fond du bassin. Puis actionnez la pompe en mode vidange, en privilégiant l’évacuation de l’eau par la bonde de fond.
Une fois la piscine vidée et re-remplie, recommencez les traitements…mais il peut être intéressant de choisir des chlores non stabilisés et de rajouter manuellement du stabilisant !

Que faire pour éviter à nouveau une sur-dose de stabilisant ?

Il existe aujourd’hui des gammes de chlores sans stabilisant, chez la plupart des fabricants. Dès lors, si vous le souhaitez, vous pouvez ajouter du stabilisant manuellement : vous conservez ainsi la maitrise du taux de stabilisant. Mais gardez à l’esprit que tôt ou tard, il faudra à nouveau procéder à une vidange : rien ne supprime le stabilisant, il s’accumule dans votre piscine !
 Vous avez des astuces pour le stabilisant ? Partagez les dans les commentaires !
(1)Etude de Yamashita, T., Sakae, K., Ishihara, Y., Inoue, H., and Isomura, S. 1985 “Influence of cyanuric acid on viricidal effect of chlorine and the comparative study in actual swimming pool waters”

4 comments

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>